FLEISCH

La seconde Tigre

«FLEISCH»
en allemand signifie «chair», «viande», «pulpe»

FLEISCH est une fiction chorégraphique, librement inspirée du livre d’Horace Mc Coy « On achève bien les chevaux », sur les marathons de danse qui avaient lieu aux Etats-Unis en pleine crise économique des années 30. Ce roman a été ensuite repris au cinéma par Sydney Pollack en 1969 dans un magnifique film avec Jane Fonda.
Ces marathons réunissaient énormément de concurrents dans une réelle misère sociale, espérant gagner au final une prime financière. Ils devaient danser en couple le plus longtemps possible, parfois pendant plusieurs mois, avec des pauses de seulement quelques minutes toutes les deux heures, pendant lesquelles ils devaient dormir, se laver, se nourrir. Ces évènements menés par un Maître de cérémonie soucieux de garantir le spectaculaire, remportent un grand succès auprès du public, venus par centaines voir ces corps danser, se battre pour résister, et finir par s’écrouler.
Pour moi, cette pratique des marathons de danse résonne telle une allégorie incroyable de notre monde où l’on cherche à se tenir debout, même sous le poids de l’épuisement et de la perte de sens. Une compétition cruelle et impitoyable qui cherche le spectaculaire par l’anéantissement et l’exploitation des êtres.
FLEISCH transpose ces marathons de danse tels qu’ils existaient aux Etats-Unis pendant les années 30, dans la société d’aujourd’hui. S’ils étaient à nouveau légalisés, qui s’inscrirait à ces marathons et pourquoi ? Evidemment, je souhaite faire entendre les échos qu’il peut y avoir avec la crise économique que traverse l’Europe aujourd’hui, mais aussi, et surtout, la mise à l’épreuve d’une certaine humanité dans un contexte propre à la compétition et à la commercialisation de la misère.

Les personnages sont en proie à la perte de leur dignité dans cette course à l’argent et à la reconnaissance, quitte à en perdre le sens. Fleisch est le parcours de chacun face à ce processus de déshumanisation : les corps se bestialisent, le langage se perd, se distend, chacun s’isole, s’enferme, se replie, pour continuer et rester debout. Mais ils vont, chacun à leur façon, tenter de relever la tête tant qu’il est encore temps, et résister à cet anéantissement de leur volonté propre. Mais à quel prix ?

AGENDA

No Events

Distribution

Texte, mise en scène et chorégraphie : Pauline Laidet
Chorégraphie : Pauline Laidet avec la complicité des interprètes
Interprétation : Anthony Breurec, Antoine Descanvelle, Logan De Carvalho, Tiphaine Rabaud-Fournier et Hélène Rocheteau.

Compositeur et musicien : Baptiste Tanné
Création lumières et régie générale : Benoit Bregeault
Scénographie : Quentin Lugnier
Régie son: Fred Bühl
Assistante et coordinatrice des groupes amateurs: Lise Chevalier
Chargé de production : Paul Pitaud
Graphiste : Lisa Lami
Photos : Jeanne Garraud
Regard dramaturgique: Myriam Boudenia
Retouches costumes: Marie Lugnier

Production : Cie La seconde Tigre
Co-production :
-Dispositif Tridanse: La Passerelle – Scène nationale des Alpes du sud à Gap; Le Citron-Jaune – Centre National des Arts de Rue à Port-st-Louis du Rhône ; Le 3 bis F lieu d’arts contemporains à Aix-en-Provence ; et Le Vélo Théâtre – Pôle régional de développement culturel à Apt.
-Théâtre de Vénissieux
-Pôle des Arts de la scène – Friche de la belle de mai
Avec l’aide de La DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, de La Ville de Lyon, de la SPEDIDAM et de Arts-Valley.
Avec le soutien du CND et du théâtre de Vanves.

X